nettoyer ses poumons

C’est grâce à nos poumons que nous pouvons respirer et que l’oxygène, un élément essentiel à notre existence, arrive dans notre organisme. Cela nous montre d’une manière simple à quel point nos poumons sont des organes importants. Il va de soi qu’il est donc primordial d’en prendre soin, notamment quand on fait partie de la grande communauté d’amateurs de tabac ou encore quand on est régulièrement exposé à de l’air pollué.

Tout ce qu’on respire a, en effet, des effets sur nos poumons. Les substances (fumées de tabac, gaz toxiques, poussières et autres) entraînant la formation de radicaux libres sont les plus dangereux, car elles peuvent causer de nombreuses maladies. À défaut de ne pas pouvoir changer de planète, on ne peut alors que préserver nos poumons de ces facteurs dégradants en les nettoyants efficacement.

Pratiquer une activité physique régulière

C’est bien connu, le sport est bon pour la santé. Mais en quoi une activité sportive peut-elle réellement nous permettre de nettoyer nos poumons ? Selon les spécialistes, les efforts physiques ont pour effet de faire travailler nos poumons. Durant une séance de marché rapide, de footing ou d’entraînement à vélo, par exemple, le fait que l’on soit essoufflé pousse notre corps à puiser dans sa réserve respiratoire et donc à la renouveler.

Bien sûr, pour les fumeurs, faire du sport n’aidera pas à éliminer les goudrons qui se sont déposés à l’intérieur des bronches et sur les cils vibratiles. Cependant, cela favorisera l’approvisionnement en oxygène et réduire la quantité de monoxyde de carbone présente dans les organes respiratoires. Pour ceux qui n’ont pas beaucoup de temps à consacrer à une activité physique régulière (même modérée), le plus simple sera toujours d’effectuer quelques séances de respiration yogique de temps à autre. Cette technique améliore les fonctions pulmonaires et élimine les petites impuretés qui se sont formées dans les voies respiratoires.

Consommer des aliments qui permettront rapidement de compenser les carences

Si la formation des radicaux libres responsables de nombreuses maladies est considérée comme l’un des grands dangers du tabac, les substances contenues dans ce produit peuvent aussi causer de nombreuses carences. Selon les experts en santé, l’organisme des fumeurs invétérés présente un niveau élevé de déficit en vitamine C. L’acide ascorbique étant essentiel au renforcement du système immunitaire, cette insuffisance favorise la formation de nitrosamines, et donc, augmente les risques de cancer du poumon. Afin de combler le manque, la consommation d’aliments riches en vitamine C tels les agrumes, les kiwis, les choux et les brocolis, est vivement conseillée.

Outre la réduction du taux d’acide ascorbique présent dans le corps, le tabac peut aussi engendrer une insuffisance en vitamine B1 ou thiamine. Cette dernière joue un rôle important dans la préservation du système nerveux contre les effets de la nicotine. Elle intervient en régulant la production d’acide lactique dont l’excès pourrait entraîner des troubles graves. Les aliments tels que les viandes, les flocons d’avoine, le lait ou encore les amandes sont efficaces pour compenser les carences en vitamine B1. Pour les fumeurs ou ceux qui sont atteints d’un déficit en PAB (ou paraaminobenzoïque, une vitamine apparentée au groupe des vitamines B), la levure de bière et les germes de blé sont vivement conseillés. L’acide paraaminobenzoïque, rappelons-le, aide à protéger l’organisme contre les attaques des radicaux libres grâce à ses propriétés antioxydantes.

Pour finir, le tabagisme et la forte exposition à de l’air pollué peuvent également entraîner une insuffisance en oligo-éléments et en sels minéraux. Les substances toxiques auront, par exemple, pour effet de réduire la quantité de manganèse, de zinc et de sélénium indispensable à notre organisme.

Pour rappel, le manganèse participe à la dépollution de l’organisme grâce à ses vertus antioxydantes. Le zinc, lui, est un élément qui intervient dans de nombreuses réactions enzymatiques, mais qui possède aussi une puissante action antioxydante. Dans le cas du sélénium, les études ont démontré son rôle prépondérant dans l’élimination des cellules cancéreuses et le renforcement du système immunitaire. Et pour ce qui est des aliments qui serviront à combler les carences, les spécialistes recommandent les céréales, la noix de coco, les germes de blé, l’ail, la levure de bière et le jaune d’œuf pour le manganèse et le sélénium. Les fruits de mer et les viandes rouges sont, quant à eux, à privilégier afin de compenser le déficit en zinc.

Recourir à la naturopathie pour détoxifier ses poumons

Ceux qui souhaitent bénéficier d’un traitement spécifique pour mieux détoxifier et nettoyer leurs poumons peuvent aussi recourir à la phytothérapie et l’aromathérapie. Certaines plantes possèdent des vertus efficaces qui permettent de stimuler l’expectoration du mucus dans les poumons, soigner l’inflammation de la muqueuse des bronches ou encore tonifier les poumons en nettoyant la couche de goudron accumulée. Les naturopathes recommandent surtout les aiguilles de pin et la primevère, mais également l’hysope et l’aunée pour ceux qui sont déjà victimes d’une maladie pulmonaire.